les chemins de la liberté Index du Forum les chemins de la liberté
Forum de campagnes jdr "Les Chemins de la Liberté".
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Contexte politique et historique, religion, et société.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chemins de la liberté Index du Forum -> Autres jeux -> Tenga
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Frère Bastian


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 72
Localisation: Talabeim

MessagePosté le: Dim 25 Sep - 17:02 (2011)    Sujet du message: Contexte politique et historique, religion, et société. Répondre en citant

Voici le début la suite arrive bientôt.


Contexte Politique et historique:


Année 1467, le Japon subit les pires chamboulements de son histoire, la nation ne doit son salut qu’à sa position insulaire. Encore contrôlé par un shogun de la famille des Ashikaga installés à Kyōto, celui-ci perd de l’influence au profit des gouverneurs militaires provinciaux (daimyos), qui se livrent des guerres intestines incessantes, pour la richesse, le pouvoir, et le contrôle des terres.
Tous briguent le rôle de Shogun décerné au plus puissant maître de guerre, par l’empereur lui-même. L’empereur, et sa cour ont depuis longtemps perdu tout pouvoir, et ne joue plus qu’un rôle religieux et traditionnel. En plus une division née dans la maison impériale, entre la cour du sud (de Yoshino) et la cour du nord, (de Kyōto). Les maîtres de guerre, essayent donc d’acheter la cour, finançant les rixes impériales.
La période dans laquelle vous allez jouer est chaotique, c’est le moment où la mobilité sociale est la plus forte au Japon, favorisée par les nombreuses guerres civiles qui gangrènent le pays.
C’est l’ère la plus troublée de l’histoire, tout y est possible, tout y est imaginable un paysan, peut se revendiquer samouraï, un simple forgeron peut devenir maître de guerre, et le pire des brigands peut faire main basse sur tout le Shogunat. C’est l’âge de la subversion, et du renversement des hiérarchies.
Bienvenu dans le monde du Sengoku Jidaï, propice aux rêves, et à l’aventure, mais également au cauchemar et à l’asservissement. Les destins s'y forgent dans le sang et la boue mêlée des batailles, à la pointe de votre plume, ou à celle de votre katana, à vous de forger votre destin... 
_________________
Que Ranald vous couvre de ses bienfaits!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 25 Sep - 17:02 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Frère Bastian


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 72
Localisation: Talabeim

MessagePosté le: Mar 27 Sep - 15:54 (2011)    Sujet du message: la structure sociale Répondre en citant

voici la structure sociale du Japon au moment ou vous y évoluerez.
Le premier élément qui définit le statut d’un individu est sa caste.
Il existe quatre castes principales : La noblesse impériale ou « Kuge », la noblesse militaire ou « Buke », le peuple « Bonke », et enfin tout les exclus de la société les « exclus ». Le clergé fait parti d’une sorte de cinquième caste ne comptant pas dans ce système et pouvant théoriquement traiter d’égal à égal avec n’importe laquelle des quatre autres.


La Kuge :

A sa tête et à la tête du Japon se tient l’Empereur, il est le fils du ciel et le descendant du kami du soleil, Amaterasu.
Il est la personne la plus connue et la plus respectée du pays, et son statut dépasse naturellement celui de n’importe qui.
Cependant, cela fait fort longtemps que son rôle au sein de la nation n’est plus que religieux et protocolaire. L’empereur ne règne donc en fait qu’en son palais, bénéficiant de privilèges inimaginables pour nul autre que lui, mais il vit avant tout dans une prison dorée, et dans le rêve d’une période révolue depuis des siècles.
Tout autour de lui s’agite-la Kuge, la noblesse impériale. Ils sont le reflet du fils du ciel, passant le plus clair de leurs temps a conspirer, à tisser des intrigues afin de grimper des échelons dans une hiérarchie qu’eux seul comprennent. Toutefois, les temps sont durs, l’opulence de la cour est passée depuis longtemps. Aussi hommes cultivés, patronnent ils d’onéreux artistes, religieux, et savants, tout en vivant aux crochets des clans de samouraï tous prêts à payer le prix pour leurs faveurs et leur influence. Toutefois, nombreux sont ceux qui ont pris la mesure des changements qui s’opèrent dans le pays et se rapprochent des clans puissant dans l’espoir de jouer bien plus que le maintient de leurs niveaux de vie.

La Buke :
Si certains clans influents prétendent descendre d’une noble lignée la quasi-totalité de la noblesse militaire n’est le plus souvent  issu des familles de soldats qui servaient ses dernières et administraient leurs domaines en leur absence.
Certains ont juste profité de l’état de guerre quasi permanent de l’archipel, pour revendiquer des terres par la force et se déclarant noble et tuant ceux qui osent s’opposer. De la même façon que les kuge se livrent des guerres pour l’honneur, rares sont les clans dont les voisins ne lorgne pas sur leurs terres, et sur leurs fiefs. Toutefois, leurs disputes ont des conséquences souvent bien plus tangibles que celle de la cour.
Tous ne sont pas des soldats ou des samouraïs a proprement parler. Certains, sont des administrateurs, des religieux ou même des artistes. Cependant toute la société attend d’eux qu’ils se comportent en guerrier et respectent une certaine éthique.
Pourtant dans la masse des fantassins il devient de plus en plus difficile de différencier le samouraï infortuné du soldat du commun, s’illustrant sur le champ de bataille.
La généralisation des soldats d’origines populaires au sein des armées, favorise l’accroissement d’une frange de population qui ne se considère plus réellement comme Bonge, mais pas non plus comme Buke, même si cela n’est pas la majorité.

La Bonke :
Troisième des castes la Bonge représente le peuple, c’est sans surprise que la grande majorité de la population du Japon est issue de cette caste. Elle regroupe la quasi-totalité de ceux qui tirent leur subsistance de la terre et de la mer, mais aussi les artisans, les marchands, et l’essentiel de la population urbaine.
De façon générale ceux qui produisent (paysans, pêcheurs, etc.) sont mieux vu que ceux qui servent d’intermédiaires (marchands). Bien que les médecins, les créanciers, et certains marchands soient bien mieux vu que la plupart des artisans et paysans.
La situation des bonge peux paraître peut enviable a première vu surtout sachant que les samouraïs ont droit de vie ou de mort sur eux, mais a cette époque incertaine il n’est pas rare de voir un marchand employer les dits samouraïs tel de vulgaires hommes de mains.
De plus ils peuvent compter sur une certaine forme de solidarité et ont bien moins de risque de mourir sur le chant de bataille.

Les Exclus :
Géneralement appelés hinin, eta, ou kawaranin, cette caste regroupe ceux qui ont eu la malchance d’y naître ou de connaitre des difficultés qui les ont mis au ban de la société.
Dernière des quatre castes  les exclus se divisent en trois branches :
-Les eta, sont ceux dont l’occupation est considérée impure du point de vue shintoïste (tanneurs, teinturiers, fossoyeurs, collecteurs de déchets, etc.) leur travail pourtant indispensable, ils sont mis à l’ écart pour des raisons religieuse, afin de protéger la population de leur souillure.
-Les hinin, les itinérants qui vont de villes en villes pour proposer leurs services (bateleurs, comédiens, acrobates, prostitués, etc.) ils attirent souvent la suspicion des gens du commun pourtant friand de leurs spectacles.
-ceux qui sont devenu des paria au cours de leurs vie (lépreux, criminel marqué, ronin, ermite) ce groupe est parfois considéré comme faisant partie du précédent.
_________________
Que Ranald vous couvre de ses bienfaits!


Revenir en haut
Frère Bastian


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 72
Localisation: Talabeim

MessagePosté le: Ven 30 Sep - 16:37 (2011)    Sujet du message: Contexte politique et historique, religion, et société. Répondre en citant

Les trois grandes Obligations sociales:

Pour faire simple, la vie en société au Japon est régie par trois grandes règles et par l'étiquette dont je parlerait plus tard.
Tout d'abord le "giri" correspond au devoir, c'est à dire à l'obligation de payer par ses actions toutes dettes que l'on pourrait avoir envers la société ou envers soit même, ce qui comprend généralement au minimum de mériter sa place.
Ensuite vient le "gimu", il correspond à l'obligation de soumission inconditionnelle envers ceux à qui l'on doit tout et on ne peut donc espérer repayer un jour sa dette.
( parents, maître, seigneur,etc).
Et enfin le ninjô correspond à l'obligation de tenir compte des sentiments des autres et à leur porter de la considération.
_________________
Que Ranald vous couvre de ses bienfaits!


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:12 (2018)    Sujet du message: Contexte politique et historique, religion, et société.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chemins de la liberté Index du Forum -> Autres jeux -> Tenga Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.